HAUTE-LANDE QUÉBEC FRANCOPHONIE

Deux pays, deux villages, séparés par un Océan mais tellement de similitudes : des terres humides qui filtrent des millions de litres d’eau chaque jour, des couches denses de mousse, de tourbe et de sol qui stockent d’énormes quantités de carbone, élément essentiel à toutes les choses vivantes et une grande variété d’espèces sauvages.


Le Chevreuil (Capreolus capreolus)

Le mâle, appelé brocard, porte des bois qui tombent chaque année en automne puis repoussent. Il a une tâche blanche sur l’arrière en forme de haricot. La femelle appelée chevrette ne porte pas de bois et se reconnaît par sa tâche blanche en forme de cœur.

Il fréquente des milieux variés : lisière de bois, prés et cultures. On peut le trouver aussi bien dans les plaines agricoles
qu’au cœur de la forêt.

En été, le brocard est solitaire, alors que la chevrette est accompagnée de ses faons. En hiver, les individus se rassemblent en groupes appelés hardes.

Le chevreuil mange principalement des ronces, des bourgeons, des feuilles et de l’herbe. Il consomme des céréales en faible quantité.

La reproduction a lieu en été, période de rut. L’année suivante, en mai-juin, la femelle donne naissance à 2 faons.

Le Cerf élaphe (Cervus elaphus)

Le cerf porte des bois qui tombent chaque année à la fin de l’hiver et qui repoussent jusqu’en juillet. Le mâle est appelé cerf, sa femelle biche.Il est originaire des steppes.

En France on l’observe en forêt, en montagne et le soir dans les plaines avoisinantes. Les vieux cerfs sont plutôt solitaires, alors que la biche, le faon et le jeune de l’année restent ensemble. En hiver, ils se regroupent et forment une harde pouvant compter plusieurs dizaines d’animaux.

Il mange de l’herbe, des ronces et des bourgeons, mais aussi des céréales et autres cultures.

Le rut du cerf, appelé brâme, a lieu chaque année en automne, entre le 15 septembre et le 15 octobre. Une biche a un faon par an, il naît en juin.

Le Sanglier (Sus scrofa)

Sorte de cochon sauvage, le mâle est appelé sanglier, la femelle se nomme laie et les jeunes, marcassins. Ceux-ci sont rayés à la naissance. Le mâle possède des canines redoutables : les défenses et les grès. Les laies ont des canines appelées crochets.

On l’observe en forêt, principalement dans les ronciers mais aussi dans les haies touffues. La nuit, il cherche sa nourriture, au bois ou en plaine. Il vit en compagnie dirigée par une laie meneuse. Les mâles y restent jusqu’à l’âge de 3 ans puis deviennent solitaires. Une compagnie peut compter plusieurs dizaines d’individus.

Il est omnivore et consomme particulièrement les fruits forestiers comme les glands. Il peut occasionner de gros dégâts dans les cultures agricoles.

La gestation de la laie dure 3 mois, 3 semaines et 3 jours. Elle met bas deux fois par an, 2 à 10 marcassins dans un endroit qu’elle aménage appelé chaudron.

Le Faisan commun (Phasianus colchicus)

Le mâle, appelé coq, possède une longue queue (40 cm) et un plumage très coloré, on l’appelle le coq. La femelle est plus petite, n’a pas de queue et ses plumes sont beiges, elle est appelée poule faisane.

Il vit dans les bois, les haies, mais aussi les landes et la garrigue dans le sud de la France. Il a besoin d’eau.

Le coq faisan est solitaire, alors que la poule vit avec ses petits. Elle fait son nid dans au sol, au bord des champs, dans les bois ou au pied des haies.

Les jeunes se nourrissent d’insectes jusqu’à l’âge de trois semaines. Les
adultes mangent des végétaux : graines, feuilles et petites plantes

Au printemps, la poule faisane pond 9 à 12 œufs qu’elle couve 25 jours. Les petits s’appellent des faisandeaux, ou pouillards en raison de leur couleur poussière.

Le Lièvre d’Europe (Lepus europaeus)

Il est de couleur brun, roux, l’extrémité de ses longues oreilles est noire. Ses pattes arrière sont plus longues que ses pattes avant, ce qui lui permet de courir vite. La femelle est appelée hase, le mâle bouquin.

Il fréquente les milieux ouverts, comme la plaine cultivée, mais on peut aussi l’observer dans les bois ou dans la garrigue.

Le lièvre s’abrite dans un gîte : cuvette peu profonde creusée dans la terre. Il en sort le soir pour se nourrir. En période de reproduction, les mâles s’affrontent comme des boxeurs, on appelle cela le bouquinage.

Herbivore, il se nourrit de végétaux. Il consomme les plantes sauvages mais aussi cultivées. L’hiver il peut manger l’écorce des arbustes s’il manque de nourriture.

La hase fait plusieurs portées par an entre janvier et octobre. Après un mois et demi, les levrauts naissent avec leurs poils et les yeux ouverts. Ils restent cachés dans leur gîte.

Le Blaireau européen (Meles meles)

Le blaireau se reconnaît à sa silhouette trapue, ses pattes courtes, ses bandes blanches et noires sur la tête. La femelle s’appelle la blairelle et les jeunes les blaireautins.

Plusieurs familles habitent dans un complexe de terriers. Le terrier est reconnaissable à la gouttière, chemin qui sort de chaque gueule de terrier.

Le blaireau a une activité nocturne. Il n’hiberne pas, mais a une période de repos en hiver.

Il est omnivore. Il mange beaucoup de lombrics, de racines et de graines. Il peut parfois faire des trous pour chercher des épis de maïs enfouis ou des souris.

La durée de gestation ne dure que 2 mois. Le rut a lieu en janvier-février et les naissances au mois de février, mars l’année suivante. La blairelle met bas entre 2 et 7 blaireautins.

Le Ragondin (Myocastor Coypus)

Le ragondin est un gros rongeur qui peut peser jusqu’à 10 kg. Son pelage est brun foncé sur le dos et plus clair sur le ventre. Il possède de grandes moustaches et des incisives orange bien visibles. Ses pattes arrière sont palmées et sa longue queue est cylindrique.

Il vit dans l’eau douce : rivières, étangs, lacs…Il creuse un terrier de 6 à 7 mètres le long des berges dont l’entrée est généralement sous l’eau. Lorsqu’ils sont trop nombreux, les terriers de ragondins peuvent entraîner un éboulement.

Il est actif principalement au lever du jour ou à la tombée de la nuit. Il vit généralement en solitaire ou en famille notamment les femelles.

Il est herbivore. Sa nourriture est constituée de racines, de céréales et d’herbes. Il peut aussi consommer du maïs en grande quantité. Il apprécie de temps en temps quelques moules d’eau douce.

La femelle fait plusieurs portées par an de la fi n de l’hiver au début de l’automne. Elle donne naissance à 6 jeunes. Ses mamelles sont situées sur le flanc au lieu d’être sous le ventre. Elle peut nager et nourrir ses petits en même temps.

Origine Textes : Fédération Départementale des Chasseurs des Landes – http://www.fedechasseurslandes.com

Origine Photos : Wikipedia, l’encyclopédie libre – http://fr.wikipedia.org


Le Castor (Castor canadensis)

– est un ingénieur hors pair : il construit des digues, des huttes et des chenaux impressionnants ;

– voit aussi bien sous l’eau que sur la terre ferme ;

– est gauche et lent sur le sol, mais gracieux et habile dans l’eau ;

– a eu une plus grande influence sur l’histoire du Canada que tout autre animal.

 

Le Cerf de Virginie (Odocoileus virginianus)

– est le plus commun et le plus répandu de tous les gros animaux de l’Amérique du Nord ;

– laisse parfois ses petits sans surveillance pendant des heures ;

– peut avoir de la difficulté à survivre à l’hiver, surtout lorsqu’il y a surpopulation ou que la neige est abondante ;

– pendant la saison du rut, peut périr d’une mort lente après un affrontement au cours duquel ses bois et ceux de son adversaire s’entremêlent inextricablement.

Le Caribou (Rangifer Tarandus)

– se différencie des autres cervidés, car la plupart des femelles ainsi que les mâles portent des bois ;

– peut parfois courir de nombreux kilomètres durant l’été pour échapper aux hordes d’insectes volants qui l’assaillent ;

– consomme surtout des lichens pendant l’hiver, ce qui lui permet de survivre sur les grands pâturages libres et hostiles nordiques. Il tient probablement son nom du mot Mi’kmaq « xalibu », qui signifie «celui qui creuse pour sa nourriture».

L’Orignal (Alces americanus)

– est déjà un puissant nageur quelques jours après la naissance ;

– plonge parfois à plus de 5,5 m pour extirper des plantes au fond d’un lac ;

– a une vue très faible ;

– profite, lorsqu’il est petit, de la croissance la plus rapide de toutes les espèces de gros gibier ;

– est le plus grand des cervidés. Son poids peut atteindre jusqu’à 800 kg.

L’Ours Noir (Ursus americanus)

– est capable de ramasser, avec ses lèvres flexibles et sa longue langue agile, de minuscules aliments comme des bleuets et des fourmis ;

– peut parfois retourner là où il a été capturé, après avoir été remis en liberté plus de 200 km plus loin ;

– peut se réveiller durant son hibernation et errer pendant de courtes périodes ;

– pèse à la naissance un peu plus de 225 g (0,225 kg) et est donc minuscule comparé à sa mère qui fait 70 kg ;

– semble lourd et maladroit, mais peut atteindre des vitesses allant jusqu’à 55 km/h.

Le Loup (Canis Lycaon)

– obéit à une structure sociale très hiérarchisée, dont le noyau est composé d’un mâle et d’une femelle dominants ;

– a été exterminé dans de nombreuses régions de l’Amérique du Nord ;

– doit dépenser beaucoup d’énergie pour trouver sa nourriture – il chasse en vain neuf fois sur dix le gros gibier ;

– hurle pour communiquer avec d’autres meutes.

Le Raton Laveur (Procyon lotor)

– ménage son énergie en hiver en demeurant inactif plutôt qu’en hibernant ;

– porte ce nom en raison de l’habitude qu’il aurait de laver sa nourriture, mais, en fait, ce comportement est probablement lié à la recherche et à la capture de proies aquatiques ;

– arbore le masque caractéristique de l’espèce environ dix jours après la naissance avant même que les yeux ne s’ouvrent ;

– est l’un des rares animaux qui semblent être capables de se réadapter à la vie sauvage après avoir été apprivoisé.

 

Origine Textes : Authentik Canada – http://www.authentikcanada.com/la-faune-et-la-flore/

Origine Photos : Wikipedia, l’encyclopédie libre – http://fr.wikipedia.org